J'ai testé l'A380 d'Air France et survécu à la traversée de CDG




Avant datterrir à San Francisco, il nous a fallu traverser la moitié de la planète avec 4 grosses valises, 3 bagages cabines, et un sac ressemblant à celui de Dora lexploratrice. Bien sûr cette partie de notre voyage ne fût pas la plus simple. Ma tribu allait s'offrir son propre Pékin Express sans le savoir.
J'ai testé l'A380 d'AirFrance Chacha Aventurière

27 juin 2017 15h

faisait exactement 7 mois que jattendais cet instant. Je suis prête, archi prête. Lolipopo nous a quitté depuis la fin de matinée pour rejoindre son poussin. Malgré un sms ressemblant à un ultimatum pour quelle vienne finir ses bagages, rien ny fera. Nous ne la verrons réapparaitre quau moment du départ. Bien sûr, le « faudra pas venir râler sil manque un truc » a été prononcé à haute voix. Comme si les murs de la maison devraient un jour témoigner en ma faveur lors d'un procés où je serai juger coupable avant même que nous ayons pu étudier les faits. Je suis une mère indigne, jaurai oublié le truc indispensable, patati patata, nobody is perfect. A cet instant, je ne le sais pas encore, mais jai fait la plus grosse bourde qui soit possible de faire lorsqu'on part pour les USA. Il nous en coûtera une quarantaine de dollars dès le 1er jour sur le territoire américain (le 1er qui trouve la réponse recevra une surprise 😉)

Voilà, c'est l'heure. Poussin, sa tribu et Lolipopo viennent d'arriver. Je ferme la porte, je vérifie un truc, on blablatte,  tout ce qui a moins de 20 ans se charge de mettre les valises dans le coffre. Les hommes et les ado2.0 dans une voiture, moi dans lautre avec Fifine, la maman de poussin. C'est parti !

En moins de temps quil ne faut pour l’écrire, nous sommes sur le quai de la gare de Lille Flandres. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil,  çà rigole,  enfin du moins jusqu’à lannonce du départ. Panique à bord, vite il nous faut rejoindre le TGV. Heito, Lolipopo et moi grimpons à bord. Un dernier câlin de poussin à sa maman, la porte du wagon se ferme ouvrez les vannes des larmesnotre poussin pleure à chaudes larmes, notre Lolipopo aussi. Le rêve se met en marche, les au revoirs sont toujours tristes. Les cœurs sont serrés, les yeux sont rouges mais très rapidement après quelques photos pour la story snapchat, cela sera vite oublié.


50 minutes plus tard, nous voilà sur les quais de la gare Aéroport Charles de Gaulle 2TGV. Il nous faudra ensuite exactement 30 minutes pour arriver à lextérieur de la gare au niveau de la navette pour les hôtels. Nous allions vivre notre 1ére épreuve Pékin express : choper un ascenseur pour monter 2 étages. Inutile d'envisager de prendre les escalators, les valises sont lourdes, quelqu'un a du mettre un cadavre dans chaque valise (ne me regardez pas comme çà). On passe alors en mode survivor. En fonction de la place dans lascenseur, nous mettions 1 valise et lun dentre nous. Bien entendu, il y a eu toutes les fois où les portes ceux sont ouvertes et où même un châton n'aura pas su se trouver une place. Tout le monde souris bêtement, mais la tension est palpable. Je peux les comprendre, ils se retrouvaient à la gare, alors quils voulaient aller au niveau des départs un étage au-dessus. Mais nous, on appuyait comme des malades pour quil descende nous chercher ce satané ascenseur. Ambiance, ambiance.


Gare TVG CDG Chacha Aventurière
Cest donc dans la joie et la bonne humeur, et après 1 heure de galère, que nous prenons la navette PINK vers notre hôtel situé à Roissy en France. Jai opté pour le B&B HOTEL après un échange sur twitter avec une copine bloggeuse. A 99 la chambre pour 4, petit déjeuner inclus, il me convenait très bien. Ce n'était que pour une nuit de quelques heures, tant que les draps sont propres, et les couloirs silencieux, on peut faire un effort.

Crédit Photo Booking
15 minutes plus tard, nous voilà  à la réception de notre hôtel devant 2 aimables personnes qui doivent avoir des liens de parenté avec des portes de prison. Nous navons pas droit à un bonjour, encore moins à un sourire, juste à des moqueries, et des sourires en coin. Je déteste mon pays dans ces cas là !  Quant à notre réceptionniste, il avait dû dormir avec son costume. Je n'ai jamais vu un costume aussi froissé. Une fois le check in terminé, nous prenons possession  de notre chambre. Un duplex aussi grand qu'une boite d'alumettes. Y casser nos bagages fût un véritable casse-tête. Nous navions quune hâte : nous barrer de là pour aller manger.

Direction :  Aéroville

Crédit Photo DeVallence

Là encore, il nous faut utiliser une nouvelle navette située à 5 minutes de marche de l'hôtel. Navette dans laquelle je fais la connaissance dune dame dorigine Allemande, professeur de français qui rentrait de Marrakech. Apparemment une grande voyageuse cette dame. Parfois, il y a des scénes où tu demande si tu es  bien dans la réalité ou pas. Pendant une partie de trajet, elle m'a parlait qu'en anglais ... mais elle était prof de français... pourquoi ? Bon, elle était sympa, voilà c'était une rencontre qui aura duré 10 minutes, une discussion sans lendemain, comme on peut en faire en voyage. En descendant du bus,  elle me balance une info, apparemment primordial mais qui m'est passée par dessus la tête à 15 000 : nous avons pris la dernière navette, il faudra se débrouiller pour rentrer. Bon ok, on est à 10 minutes, cest bon on ne va mourir de marcher un peu pour rentrer. On est vacances, on se casse demain, je suis déjà passée à autre chose.

Après notre 1er Mcdo (le 1er dune très looongue série), nous sommes sur le parking et nous décidons de rentrer à pied. Lhôtel est là, de lautre côté du périph. Sauf quune fois au pied du périph, il ny avait aucune solution pour le franchir. Conclusion : retour au point de départ : Aéroville. Il est 21H30, il n'y a plus de bus, non plus. Selon mappy, il nous faudrait marcher 1h15 pour rejoindre lhôtel. Jai donc abandonné ma tribu à larrêt de bus, et me suis mise à chercher une solution sur le parking. Un chauffeur Uber me proposa spontannément de nous ramener pour 15 (le gars doit être un habitué, je ne dois pas être la 1ére ). Je décline l'offre gentillement. Je sollicite de l'aide à 2 jeunes filles, qui  à la vue du désaroie qui se lit dans mon regard se proposent de nous raccompagner en voiture. Et voilà comment, nous nous sommes retrouvés entassés à  l'arrière d'une renault19 (version 1) aux amortisseurs hyper compressés (6 à bord). On a ri, mais ri. Elles étaient super sympas ces nénéttes. Pour les remercier, je leur ai filé 10.

22h tout le monde était au lit. Nos 2 tourtereaux heureux de dormir ensemble se sont mis à se bécoter comme sils étaient sur un banc public. Une petite mise au point fût faite dès le lendemain matin auprès de ma Lolipopo qui mexpliqua que poussin était tellement heureux quil narrêtait pas de lembrasser. Je suis une maman cool, mais y a des limites que mon esprit ne peut pas imaginer.

Zen reste Zen ma Chacha.

D DAY


5h, mon portable s'allume et Lisa Stansfield se met à chanter dans la chambre, je file à la salle de bain. Tellement minuscule la salle de bain qu'il fallait choisir entre se brosser les dents, faire un pissou ou prendre un bain pied dans la baignoire.

6h15, nous étions dans la salle petit déjeuner. Annoncé à 695, jai envie dhurler, pour ce prix là, le p'tit déj se résume à  :

- à quelques morceaux de baguettes blanchâtres sans mie, ni craquante, ni rien du tout, du beurre (disposé au compte goutte, faudrait pas en prendre pour chez vous),
- des croissants industriels froissés tout autant que le costume du réceptionniste la veille,
- un jus dorange chimique, des yaourts sans marque,
- du café couleur chaussette, et bien entendu pas de sourire de la part du personnel.
Bonne nouvelle, cependant, y a du Nutella en dose individuelle. Lolipopo se fait un petit stock pour son déjeuner dans l'avion.  Sérieusement, on a hâte de partir d'ici.

7h, nous attendons la navette dans le froid et la pluie.

7h15 on pousse, faut que çà rentre. Le bus est bondé mais on na pas le choix.
7h30 nous sommes coincés dans les bouchons, les valises m'écrasent.
7h45 on recommence le cirque des ascenseurs !
Poussin n'a pas envie de râter l'avion et prend 2 valises, descend les escaliers avec Lolipopo, puis remonte prendre les bagages à main. Entretemps,Heito et moi finissons par entrer dans l'ascenceur.
Il est 8H passé, les enregistrements se terminent à 9h10, coup de stress pour tout le monde.

Nous nous orientons comme nous le pouvons, nous finissons pas trouver une borne pour imprimer les étiquettes de nos bagages. Au passage, je remercie le service assistance d'AirFrance qui la veille nous a aidé via Twitter pour nos billets.(Il y avait une incohérence entre le numéro de passeport de poussin sur son billet, et sur son Esta.Ils ont rectifié le truc en une heure chrono) Nous finissons par rejoindre le hall pour déposer nos bagages au comptoir automatisé. Cool, çà va super vite...en plus nous sommes orientés vers un guichet qui vient d'ouvrir...enfin cela aurait dû aller super vite car notre guichet est en panne. On nous oriente vers un autre. Sauf que là, je suis pas d'accord je ne vais pas faire la queue quand même. Hop hop hop, on nous ouvre un autre un guichet, 10 minutes plus tard nos bagages sont en route vers notre avion. Libérés, delivrés !
Borne AirFrance Chacha Aventurière

Direction : la douane


OMG, j'ai presque failli m'évanouir quand j'ai vu la file. Il est presque 9H, le gens sont énervés, stressés, la tension est palpable. On avance lentement, très lentement. Les secours arrivent, une dame a fait une chute. On se bouscule, d'autres personnes encore plus à la bourre demandent pour passer. Certains acceptent, d'autres non ... Lolipopo ne se sent pas bien...on avance, chacun tracte sa valise... quand soudain une dame  m'arrache ma valise cabine des mains...???... Oh zut çà  fait15 minutes que je trimballais une valise qui n'était la mienne...quelle confusion, j'suis une quiche. Lolipopo se sent de plus en plus mal, une hôtesse nous repére, elle nous fait avancer, nous voilà à la douane.

Déballage des passeports, la sortie de territoire de poussin, la douaniére qui bloque sur le document redigé dans les deux langues, c'est bon. Ouf, j'avais un peu la hantise de cette démarche administrative. On file au contrôle sécurité. Les agents n'en ont rien à faire, çà passe ... oups ... me voilà à faire un contrôle sur les mains pour voir si j'ai manipulé des explosifs. Je n'en peux plus, à force de nous presser, stresser mon brushing ressemblait de plus en plus à une vieille barbe à papa dégouliante.C'est bon ! Nous voilà dans la zone d'embarquement. 

On relache la pression , ma tribu a faim, une pause croissant s'impose. Direction la boulangerie la plus proche. Il y a 2 caisses, bien entendu je prends la file où il y a le moins de monde. Mauvaise pioche, je m'impatiente...ce n'est pas possible, ces dames vont acheter toute la boulangerie, quand soudain, j'entends mon nom, puis celui d'Heito, puis celui de Lolipopo, et enfn Poussin ... on laisse tomber les croissants, on pique un sprint....nous voilà enfin à l'embarquement. Nous sommes les derniers, on nous accueille avec le sourire, nous y sommes, c'est bon. On a eu très chaud.

Notre 1er voyage en A380

Il faut que j'avoue, les premiers minutes je suis deçue. Si de l'extérieur, il en jette avec ses 4 énormes reéacteurs, à l'intérieur, il n'a rien de spécial. Celui-ci a apparamment  pas mal d'heures de vol à son actif. L'écran de Lolipopo est tout branlant. La pochette devant moins est craqué. Avec Heito, nous sommes sur notre faim. 


J'ai testé l'A380 d'AirFrance Chacha Aventurière
 


Le personnel est trés aimable, aux petits soins. Sérieusement, elles sont belles les hôtesses d'AirFrance. Je me souviens de celles de Delta Air Line qui sont plus proches de l'âge de la retraite qu'autre chose. Dommage qu'il n'y ait pas de replay pour les consignes de sécurité, la vidéo est excellente, so frenchy chic. 
On décolle, youpi ! On m'a dit : "tu verras on ne sent rien ". Sérieux les mecs, on sent un petit quelque chose quand même. Heito qui souffre de problèmes au niveau des oreilles (altitude, pression) a ressenti quand même cette gêne. En gros, pas trop de différences avec un 747 par exple.
Très rapidement une hôtesse distribue le menu. Menu qui semble bien alléchant. Je reconnais qu'à l'ouverture de la barquette, l'odeur est appétissante, et le visuel gourmand. Lolipopo, la difficile, se contentera de pain et de nutella. Quand à Heito, Poussin et moi nous y trouvons notre compte. Je le verrai un peu plus tard, mais le personnel naviguant lui se délectera du plateau de la 1ére classe : foie gras et petits fours sont au programme.

J'ai testé l'A380 d'AirFrance Chacha Aventurière
Il nous reste 9 heures de vol, c'est le moment de pianoter sur l'écran tactile. Le choix de films, et de musiques est assez varié. Il permettra à chacun de trouver son bonheur pour passer le temps. Quand à moi, j'irai à plusieurs reprises m'installer à un hublot pour profiter du spectacle.

J'ai testé l'A380 d'AirFrance Chacha Aventurière

J'ai testé l'A380 d'AirFrance Chacha Aventurière

J'ai testé l'A380 d'AirFrance Chacha Aventurière

J'ai testé l'A380 d'AirFrance Chacha Aventurière

J'ai testé l'A380 d'AirFrance Chacha Aventurière
Des petit beurre, des snackings, des glaces sont mis à notre disposition pendant le reste du trajet. Nous aurons un second plateau repas, mais nous sommes tous dans l'incapacité de nous rappeler son contenu.

Le vol fût agréable que nous nous sommes à peine aperçu de sa durée. L'atterrissage quand a lui se fera tout en douceur. 

Pour le retour vers Paris, le siège devant moi avait déjà bien. Sinon, pour le reste nous aurons le même niveau de service. Sauf les glaces qui cette fois étaient pas bonnes du tout.


J'ai testé l'A380 d'AirFrance Chacha Aventurière

J'ai testé l'A380 d'AirFrance Chacha Aventurière

J'ai testé l'A380 d'AirFrance Chacha Aventurière

J'ai testé l'A380 d'AirFrance Chacha Aventurière

J'ai testé l'A380 d'AirFrance Chacha Aventurière

Dans l'ensemble, nous sommes contents des services d'Air France.  Un seul regret cependant la temperature à bord. A l'aller nous étions frigorifiés, vraiment même avec un chéche, une veste en jean, des bas de contention et une couverture polaire j'étais frigorifiée. Mes ado2.0 avaient quand a eux 1 gros sweet et 1 blouson, et ils se plaignaient. Je viens de lire cet article, et voilà les raisons pour lesquelles on préfére nous filer la créve.

Notre dernière épreuve Pékin Express


Crédit Photo Office du tourisme Roissy

Nous sommes arrives avec plus de 40 minutes sur l'horaire annoncé, et nous avons dû rester dans l'avion 30 minutes avant de débarquer le temps de trouver une place pour parquer notre avion. S'en est suivi un parcours trsè très long pour atteindre les douanes, puis la zone de bagages.

Nous avons croisé une américaine au bord des larmes qui n'en pouvait plus de se dédalle de couloirs, et qui n'arrivait pas à rejoindre la personne qui était venu la chercher. Nous avons essayé de l'aider mais elle était tellement à bout de nerf qu'elle n'écoutait pas nos conseils, nous l'avons finalement abandonné à son triste sort. (Je sais ce n'est pas bien, mais j'étais moi même creuvé, j'avais été malade sur la fin du trajet, et je n'avais qu'une hâte prendre l'air au plus vite).

Nous avons fini par rejoindre la gare pour reprendre notre TGV vers Lille. (vous voyiez ou je veux en venir ... ?!) Lorsque le quai fût annoncé 20 minutes avant son arrivée, la galère des ascenceurs recommancaient. Finalement, Heito est descendu par l'escalator avec une valise, et nous avons "bloqué celui-ci" pour pouvoir descendre valise par valise en les déposant sur les marches. Je posais, il receptionnait. Nous venions de créer la #teambagages. Cela nous a pris une dizaine de minutes, juste le temps de nous déplacer juqu'à l'emplacement de notre wagon.
Notre TGV est là, cette fois on rentre bien sur Lille, les vacances sont finies.
Mais rassurez-vous, j'ai pleins pleins de choses à vous raconter sur notre roadtrip californien. Notamment comment ceux sont passés mes retrouvailles San Francisco, 3 ans après notre 1ére visite.
A très vite,
bizzz
Chacha
Golden Gate San Francisco by Chacha Aventurière


 









Commentaires

  1. Oh mince si j'ai ri de tes galères d'ascenseur... et des becotages de tes ados ... j'aurais vraiment pas aimé être à ta place, j'aurais poussé une gueulante direct ! Bref me tarde la suite 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'allais pas pousser une gueulante devant poussin dès le 1er jour quand même 😉

      Supprimer
  2. Ah nan! Ne m'en veux pas mais vous imaginer plantés devant le périph sans navette je suis écroulée de rire.
    Sympa le p'tit gars chez Uber, il a trouvé le bon business. Foiré va!
    Sinon sont chaud nos ados hein. J'ai le même à la maison...ça me saoule mais me saoule...
    Hâte de lire vos découvertes sur place.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement pour nous y a pas de vaccin contre l'adolescence

      Supprimer
    2. Pas de vaccin mais y a des gueulantes.

      Supprimer
  3. j ai bien ri Chacha
    1 vrai expédition qd même
    j imagine le coup de strass en attendant son nom
    Tania

    RépondreSupprimer
  4. Mon dieu ces ados, même pas peur, comment j'aurais crisé 😂 ! Aussi hâte de découvrir la suite du périple 😬

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton tour viendra...et moi je serai grand mére à ce moment là

      Supprimer
  5. Ah ah j'adore tes aventures ! L'hôtel ça fait envie bon dieu, que du bonheur ^^
    Vivement la suite aux USA !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De tout repos ce trip t'as pas idée, pas un jour sans qu'il me soit arrivée un truc mémorable avec ou sans mes ado2.0 ... t'es pas couchée tu sais 😂😉

      Supprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai bien ri de vos mésaventures c'est pas très sympa mais tu as une façon formidable de nous raconter tous ça. j'étais suspendu et plongé avec vous dans les méandres de l’aéroport de l'avion et de l'univers des joies des voyages avec une joyeuse tribu :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

C'est un véritable plaisir que de partager les aventures de ma tribu avec vous. Vos commentaires, vos partages sont mon adrénaline, mon énergie, ma motivation, alors si vous avez aimé le lire, ou regarder les photos, un p'ti clic ou un petit mot me feront toujours énormément plaisir.
Un GRAND merci, Chacha !

Top lecture sur le blog